5fpcZI5kd4xJwAAAAASUVORK5CYIINom : Jean-Phillipe  Lansard

Entreprise : Solaravis

Site : Refuge de l’Aigle

Poste : Gérant

Quelles ont été les challenges de ce projet ?

Le principal challenge a été de concevoir une toiture solaire capable de résister aux conditions extrêmes de la haute montagne, à partir de modules photovoltaïques standards. Nous avons travaillé en étroite collaboration avec les architectes et le bureau d’étude structure, en nous appuyant sur les compétences techniques d’une entreprise spécialisée dans la conception de structures inox pour capteurs solaires.

 

Avez-vous mis en place une organisation spécifique ?

Comme pour tous les autres chantiers que nous menons en altitude, nous avons porté une attention particulière à la préparation et notamment à l’étude technique. Nous avons contrôlé chaque pièce avant expédition et héliportage sur le site et nous avons effectué un montage à blanc dans notre atelier. Pour la pose, l’équipe habituelle de Solaravis, déjà rompue au travail en hauteur, a été renforcée par un spécialiste du travail sur corde.

Pourquoi le module bi-verre de Solarwatt France s’est-il imposé comme la solution ?

Le choix du module était clé pour nous. Il nous fallait un module bi-verre qui soit capable de supporter les charges de neige et de vent imposées par le cahier des charges (1Newton/m² – 250km/h de vent). Les caractéristiques du module bi-verre de Solarwatt étaient conformes aux valeurs imposées. Par ailleurs, ce module est un produit standard, suivi par le fabricant, et qui bénéficie d’un bon rapport qualité/prix.

 

Quelles sont vos premières impressions sur l’installation ? La production, le rendu ?

La toiture solaire couvre la totalité du pan Sud-Est du refuge. La structure ne retient pas la neige. Celle-ci glisse sur les modules. Ils sont ainsi dégagés rapidement de peuvent produire dès les premiers rayons du soleil. En termes de production, les résultats sont à la hauteur de nos attentes. Le refuge est alimenté et nous avons même pu mettre en place un système ingénieux qui nous permet de délester le surplus d’énergie produite par les modules dans des ventilo-convecteurs. Un apport de chauffage complémentaire dans le refuge qui permet de le garder hors gel.